Je ne suis pas médecin et ne détermine aucun diagnostic. En qualité de Praticien en Méditation, mes services non médicaux sont de l’accompagnement à un traitement médical classique ou le complément à une psychothérapie dispensée par un psychiatre ou psychologue. Mes soins ne se substituent en aucun cas aux traitements allopathiques.“

Vous vous lancez pour la première fois ?

Vous voulez donner un ressort à votre pratique émoussée ?

CHOISISSEZ 

LE PROFESSEUR DE MEDITATION de PLEINE CONSCIENCE

qui vous convient

 

 

 

 

COMMENT FAIRE CONFIANCE AVANT DE COMMENCER L’ENSEIGNEMENT ?

 

Si le choix d’un professeur de méditation représente une démarche difficile pour

le futur méditant, soyez certain qu’il en est de même pour le praticien.

De son côté lui aussi, aimerait bien pouvoir se démarquer des incompétents et des

charlatans aux dérives sectaires ou ésotériques,…

Mais comment y parvenir ?...

Il faut se rendre à l’évidence : tranquilliser les participants sur son honnêteté, ses compétences,

sa capacité à répondre à leurs attentes est chose quasiment vaine.

Alors c'est de vous que le choix dépend exclusivement. Vous devez :

  1. Vous renseigner si possible avant de choisir

  2. Être vigilant durant les premiers cours.

Ci-dessous quelques éléments pour vous y aider :

SAGESSE et MATURITE

 

En dehors de l’enseignement qu’ils reçoivent, les participants livrent à leur instructeur une part importante d’eux-mêmes.

En effet, offrir une écoute authentique et interactive implique une aptitude particulière… Être capable d’accueillir l’intimité des autres et leurs souffrances sans porter de jugement, demande une force intérieure solide. Or, les qualités avérées d’un instructeur  n’ont pu être acquises qu’en travaillant régulièrement sur soi, sur ses limites et sur ses propres émotions.

En bref, le praticien doit pouvoir offrir ce qu’il prétend faire partager aux autres et une certaine maturité lui est donc nécessaire, voire une certaine sagesse ou spiritualité.

Lors d’une interview, le Dr Liénard se prononçait : « un bon professeur est quelqu’un à qui l’on peut poser toutes les questions (sur sa vision, sa technique, son parcours) et qui est capable de se remettre en question ».

 

 

LA SOLIDITE DE SA PRATIQUE PERSONNELLE

 

 

La méditation de pleine conscience et une pratique parfaitement laïque.

En revanche, (inutile de se cacher la vérité), elle s’inspire sans ambiguïté de l’expérience bouddhique qui a accumulé depuis 25 siècles une investigation de l’esprit tellement riche et approfondie, qu’il aurait été bien stupide de ne pas chercher à en récolter les bienfaits incontestables.

A partir de ces connaissances bouddhiques,  les experts en neurologie et les psychiatres en ont bâti une pratique laïque, mieux en adéquation avec notre culture occidentale.

 

 Il est alors important de trouver un enseignant capable d’apporter une traduction et un aménagement occidental de la méditation bouddhiste.

 

En effet, les différences culturelles sont importantes et pourraient  freiner l’apprentissage. L’instructeur se doit d’aménager les rituels qui peuvent rebuter les Occidentaux : (par exemple, certaines postures sont difficiles à réaliser, des positions peuvent connoter une certaine image religieuse, tout comme le port de l’uniforme, qui vise à gommer l’individualité, ou bien encore le rituel des mantras).

 

A contrario, certaines paraboles ou métaphores auxquelles il est plaisant de se référer puisqu’elles sont très pédagogiques ont vocation  à être conservées.

 

.

SON PARCOURS DE VIE, SA FORMATION

 

A moins qu’il n’ait déjà veillé à diffuser son histoire sur le web et que vous ayez pu le

consulter, dès le premier entretien, faites-lui raconter son parcours et la manière dont il

a approché la pratique de la méditation, les circonstances de son engagement, les difficultés traversées et comment la méditation l’a aidé à les surmonter.

 

Un instructeur de méditation est sensé aimer partager son expérience et a le devoir, d’être parfaitement  transparent.

Alors, n’hésitez pas à l’interroger ! Vous êtes en droit d’attendre un enseignement rationnel et pragmatique tiré d’une authentique pratique, gage de sérieux et de justesse, plutôt qu’un cours appris  et restitué à l’identique d’un adepte de la théorie de méditation.

 

S’être borné à méditer, à lire des livres sur le sujet ou suivi quelques stages (même s’il s’agit du programme MBSR de 2 mois), ne suffit  pas à s’autoproclamer « professeur de méditation ».

Ses fonctions et son rôle majeur est d’aimer et savoir transmettre. Ca s’apprend certes, mais c’est  surtout une prédisposition ou une facilité inhérente à la personne elle-même.

 

SA DISCIPLINE PERSONNELLE

 

Le professeur est d’abord un méditant qui pratique jour après jour et poursuit son parcours en se

documentant encore et encore mais en suivant lui aussi des méditation guidée par d’autres et

participe à des retraites régulières.

La méditation n’est pas une activité à la carte à laquelle on s'adonne de temps à autres en fonction

de ses envies ou de son planning... C’est une activité quotidienne.

SON COMPORTEMENT, ATTITUDE et PERSONNALITE

 

Même si la méditation de pleine conscience reste une technique basée sur des règles élaborées par des experts, les stages, séminaires, ateliers seront différents les uns des autres… En effet, la personnalité du professeur, son style de communication ne plaît pas forcément à tous et il est essentiel que vous vous sentiez décontracté, confiant, très à l’aise...

sinon,... 

Comment lâcher prise et trouver sa place dans cette nouvelle démarche ?

 
 
 
 
 
 
 
  • Black Twitter Icon
  • Black Facebook Icon

 

NOTA BENE :

Mes notes, documents, images et vidéos, mis ici à votre disposition, n'ont pas la prétention de vous donner une information exhaustive sur la pratique de la méditation de pleine conscience.  J'ai cherché à simplifier certaines approches pour les rendre plus accessibles et  vous donner des pistes pour mieux appréhender certains processus. 

Je souhaite de tout cœur y avoir un peu réussi.