• Black Twitter Icon
  • Black Facebook Icon

 

NOTA BENE :

Mes notes, documents, images et vidéos, mis ici à votre disposition, n'ont pas la prétention de vous donner une information exhaustive sur la pratique de la méditation de pleine conscience.  J'ai cherché à simplifier certaines approches pour les rendre plus accessibles et  vous donner des pistes pour mieux appréhender certains processus. 

Je souhaite de tout cœur y avoir un peu réussi.

... allopathiques et mon intervention reste le complément éventuel à des consultations médicales classiques ou la contribution à une psychothérapie dispensée par un psychiatre ou psychologue

Je ne suis pas médecin et ne détermine aucun diagnostic. Même si l'efficacité de la Méditation en pleine Conscience est indéniable, mes soins ne se substituent en aucun cas aux traitements... 

Les effets de la méditation sur la santé 

“Le nouveau siècle s’achemine

vers une synthèse des différentes médecines

sous le signe du corps et de l’esprit.”

[David Servan-Schreiber, Médecin, directeur de recherche et écrivain scientifique]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Donner du sens à sa vie, 

  • Trouver la paix intérieure, le bonheur

  • Être en pleine santé tant dans son corps que dans son esprit,

  • Combattre stress, allergies, fatigue, douleurs, etc

  • Défendre son capital santé physique et psychologique

  • Mieux vieillir

 

            Depuis le début de l’humanité, on a toujours cherché l’opportunité de construire ou d’améliorer sa vie pour la rendre la plus douce et harmonieuse possible.

            Selon les époques et les cultures,  les êtres humains s’adonnent à diverses pratiques de soins non conventionnelles dont l’ensemble constitue ce que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) baptise aujourd’hui la « médecine traditionnelle » ou, plus couramment, « les médecines douces ».

            Ces soins ou médecines alternatives (bien souvent inspirées des traditions ancestrales) prennent une place toujours plus importante et mieux reconnue, parmi le public, mais aussi auprès des médecins.

La méditation en pleine conscience est celle qui nous intéresse ici,

Je me garderai de considérer les autres méthodes existantes pour lesquelles je suis insuffisamment avisée pour porter une critique constructive sur leur efficacité.

            Les prodigieuses découvertes technologiques ont permis à la Médecine de progresser au point de mettre en lumière les résultats significatifs de cette pratique de Méditation de Pleine Conscience, et, au-delà de l’effet évident de mode, nous assistons incontestablement à une tendance qui se révèle irréversible… et salutaire pour le devenir de l’humanité.

 

            Bien que l’expression « médecine douce » utilisée plus haut comporte le terme « médecine », ses praticiens, dont je fais partie intégrante, n’ont pas officiellement vocation à soigner pour guérir leurs patients d’une maladie, mais à prodiguer des soins complémentaires qui facilitent le retour à la santé ou bien qui défendent le capital santé des bien-portants.

            Il n’en demeure pas moins que je me propose d’apporter au corps et à l’esprit de mes patients, les moyens (ou les outils) pour apaiser les douleurs, tensions ou désagréments liés à leur maladie (qu’elle soit chronique ou passagère), en complément de la médecine conventionnelle.

            Mon rôle est de vous soutenir et vous aider à prévenir et lutter contre le stress,  anxiétés ou les conséquences physiques et mentales des aléas de la vie moderne.

 

 

 

 

 

 

Alors que l’étude de la psychologie ne réalise ses premiers pas en Amérique qu’en 1890, un nombre incalculable de bouddhistes menaient déjà durant 25 siècles l’exploration exhaustive de l’esprit. Ils ont dédié leur entière existence à la science contemplative et réuni ainsi une somme incommensurable d’informations et de résultats tirés de leur expérience.

« Nous devons faire preuve d’humilité devant la masse de données empiriques fournies

par les contemplatifs bouddhistes... »

… déclarait Stephen Kosslyn, directeur du département de psychologie à l’université Harvard et spécialiste mondial de l’imagerie mentale, lors de la rencontre de l’Institut Mind and Life exploration organisée au MIT de Boston.

 

Bien que totalement laïque, la méditation de pleine conscience s’inspire du bouddhisme (sans aucune contestation possible) … D’ailleurs, tous les grands experts (qui ont élaboré la méthode de méditation en pleine conscience) ont expérimentés personnellement le bouddhisme pour mieux le comprendre, y adhérer puis travailler à sa mise en œuvre laïque auprès de leur patientèle.

 

Depuis le début des années 2000, des scientifiques ont prouvé que la méditation pouvait aider à lutter contre la dépression et ses rechutes.

Est-ce que cela fonctionne réellement ???

OUI !!!

 

Le constat est formel : c’est un outil efficace pour la guérison, (associés toutefois à des antidépresseurs prescrits par un médecin psychiatre).

 

ATTENTION !!!

Si la méditation est utile dans la plupart des cas, elle doit être évitée à tout prix dans d’autres. si l’on souffre de pathologies (anxiété, et dépression aigüe, phobies, schizophrénie, troubles dissociatifs…), il est impératif de se tourner vers son médecin spécialisé et demander son avis médical.

 

D’où, là encore, l’importance de trouver un praticien compétent qui suit scrupuleusement ses patients, qui connaît ses limites et s’il considère que le cas le dépasse, il doit savoir proposer une méthode sur mesure et/ou orienter vers un autre professionnel de santé.

 

 

 

David Servan-Schreiber

est nommé professeur assistant de psychiatrie à la faculté de Médecine de Pittsburgh de 1993 à 1996, et dirige la Division de Psychiatrie de l'hôpital Shadyside du centre médical de l'université de Pittsburgh de 1997 à 2001. Il dirige l'enseignement en sciences comportementales, appliquées à la pratique clinique.

Il est également directeur des Services de Santé mentale au Centre de médecine intégrative (Center for Integrative Medicine), qu'il a contribué à fonder en 1997, puis qu'il dirige de 2000 à 2002.

Dans le cadre de ses recherches cliniques neuropsychologiques, il finit par étudier et expérimenter aussi les effets des médecines douces complémentaires, en particulier sur les patients atteints de problèmes psychiatriques. Il a publié plus de 90 articles scientifiques dans des revues et conférences internationales. Ses travaux sont récompensés par plusieurs prix. Il est élu par ses pairs « meilleur psychiatre de Pennsylvanie ».

Par ailleurs, il est lui-même atteint d'un cancer du cerveau depuis le début des années 1990. Il parvient à résister pendant plus de vingt ans à la maladie à laquelle, selon ses médecins, il n'aurait pas dû survivre plus de quelques mois, comme il en fait le récit. En juin 2010, il fait malgré tout une grave rechute, victime d'un glioblastome fulgurant au lobe frontal.

Sur le plan psychologique :

  • Angoisses, nervosité, anxiété, stress

  • Etats dépressifs et rumination mentale

  • Désordre émotionnel

  • Fatigue excessive et troubles du sommeil

  • Manque d’estime et de confiance en soi…

Sur le plan Physique :

  • Protection et renfort du système immunitaire

  • Apaisement des douleurs chroniques

  • Diminution ou éradication des allergies

  • Bouclier contre le vieillissement .
    (par activation, entre autres, de la télomérase, enzyme stimulant la longévité selon une étude de Elisabeth Blackburn, Prix Nobel de Médecine 2009)